lundi 17 mars 2008

Frank Shinobi - Ibonishkanrf


Cocorico

On raille souvent le chauvinisme des Français. Mais le chauvinisme musical de la Communauté Wallonie-Bruxelles n'a rien à envier à nos voisins d'outre-Quiévrain. Il faut bien reconnaître que dans la douzaine de groupes encensés de Mouscron à Arlon (Girls In Hawaii, The Tellers, Ghinzu, Showstar, Soldout, Superlux, Mud Flow, Hollywood P$$$ Stars, My Little Cheap Dictaphone, Sharko, Malibu Stacy, etc.), il y a du bon... mais aussi du très mauvais. On ne va pas distribuer les coups de bâton, mais quand on remplit des salles aussi prestigieuses que l'AB quand on joue à domicile, alors qu'on peine à attirer plus de trois scouts et une cousine en vacances dans le coin quand on joue à 50 km de la frontière, il y a de quoi se poser des questions. Si le talent s'exporte parfois difficilement, la frontière reste toujours imperméable aux imposteurs.

Dans ce contexte difficile, il reste des tas d'artistes sérieux mais moins exposés au ondes de la FM qui tentent de parcourir un petit bout de chemin, tout en sâchant que Le Soir ne leur proposera jamais de massacrer une chanson de REM lors d'une Ukulélé Session. On a déjà eu l'occasion d'aborder les cas de Raymondo, Experimental Tropic Blues Band, Amen Ra, Sepia Hours ou K-Branding.

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à Frank Shinobi, jeune groupe qui vient de sortir comme un grand son premier EP sur le label liégeois Honest House. Les habitués du Bear Rock et du Rhâââ Lovely Festival connaissent déjà par coeur ce quatuor qui se revendique autant de 31Knots que de Redneck Manifesto. Et la comparaison n'est pas exagérée : on y retrouve cette même communion entre les instruments, sorte de symbiose mi-méliodieuse, mi-dissonnante, où la technique sert de tremplin avant de libérer la puissance qui sommeille au fond de chaque morceau.

Disque court (5 morceaux pour 16 minutes), Ibonishkanrf révèle un groupe qui ne demande qu'à pouvoir s'exprimer, ici ou ailleurs. Même si on reste bien loin des standards formatés pour les fréquences modulées, il serait mal venu de considérer la musique de Frank Shinobi comme une tambouille intello inaccessible aux oreilles profanes. Tant le chant en contre-jour que les guitares aériennes lui confèrent en effet une certaine musicalité pop qui devrait convaincre les plus exigeants.

Les liens intéressants :
Sur MySpace : www.myspace.com/frankshinobi
Pour commander le disque : http://www.honesthouse.be/index.php?honest-shopping

Aucun commentaire:

Publier un commentaire